B

Témoignage de mon vécu au Col du Feu

- Du 18 avril au 24 avril 2014 -

 

 

 

 

Cher groupe, à toutes et à tous.

Je vous offre mon témoignage des 5 jours passés au Col.

 

Je suis arrivé vendredi 18 Avril en fin d'après-midi où Marc et Sylvie sont venus me chercher en voiture à Lullin. Dès le premier soir, nous avons beaucoup discuté dans une ambiance chaleureuse. Les règles et les habitudes de la maison me sont expliquées, une chambre m'est allouée et déjà les premières prises de notes et impressions sont consignées dans mon journal.

 

Les méditations 3 fois par jour se succèdent dans la maison aussi bien que dehors entrecoupées de marches dans les montagnes avoisinantes. Sylvie m'apprend à rester dans le Coeur de Christ tout en marchant et à être en gratitude avec le Déva du lieu, les Anges et les Gardiens de la vie. Le premier adombrement à lieu. Je préfère en reparler un peu plus tard dans mon récit.

 

Dès le samedi matin, voyant Marc travaillant sur le Y-King, je lui pose quelques questions. Il me répond avec entoushiasme et me propose de faire un tirage de trois héxagrammes tout en me concentrant sur une question. Résultat : héxagramme 18 -> Travail sur ce qui est corrompu, brièvement résumé par Marc : "La maison est en Feu !". Je ne comprendrais que quelques jours plus tard le lien avec ma question.

 

Sylvie et moi continuons à méditer, à marcher, à renforcer le lien avec Christ, les Maîtres et les Anges. Etre dans le Coeur de Christ, tout le jour, voilà la Voie.

 

Le dimanche Ange Uriel dit : "qu'il pose des questions sur son Service."

En effet jusque là, je suis encore trop mous, pas assé impliqué. Fervent certe, mais dans une Foi contemplative. Ce n'est pas ce que le Christ veux.

J'oriente dès lors sérieusement ma pensée sur la question. Comment un disciple sur la voie porte la parole de Christ ? A ce moment, Sylvie me laisse réfléchir seul, sur ordre de Christ d'ailleurs : "laisse le chercher".

 

En même temps que je me pose des questions sur mon Service, Marc me propose un petit ouvrage qui va faire ressurgir un ancien et profond conflit en moi : "La Voix du Silence".

Pour ceux et celles qui ne connaissent pas ce livre, il évoque le parcour et les pièges que le disciple doit dépasser pour enfin découvrir son véritable et éternel Soi, ceci étant possible en empruntant la voie de la contemplation (c'est du moins mon interprétation).

Hors, depuis mes 16 ans, j'ai toujours été totalement attiré comme un aimant par la contemplation, qui résonne dans mon esprit comme recherche de Vérité absolue et insurpassable. Ceci s'explique en partie par la nécéssité vitale qui fut la mienne de me retrancher au fond de mon monde subjectif pour ne pas défaillir sous l'effet de la méchanceté acharnée dont j'étais la cible quand j'étais jeune. Mais je pense que le R4 de ma personnalité m'a incité à chercher une perfection absolue, une vérité spirituelle toujours plus absolue par la méditation.

 

Tout à coup, dans ma chambre et dans la maison de Christ, je me sens submergé par l'attrait et le souvenir de cette quête de la contemplation absolue jusqu'à ce que les larmes me montent aux yeux. Dans la maison de Christ ! Lui qui a besoin de Chevaliers pour porter Sa parole d'Amour et d'Espoir parmis les hommes !

Un combat s'engage en moi entre contemplation bouddhiste et élan du Coeur au nom de Christ.

Au même moment les messages des Maîtres sont très claires :

 

-Christ mardi 22 avril : "Engage-toi de tout ton être, sans perdre un instant !"

"Il doit se consacrer à Moi, totalement, ou il ne pourra tenir. Il n'y a pas deux voies, c'est tout ou rien !"

-Maître Jésus : "Un ordre est un ordre ! Celui qui ne s'y conforme pas n'est pas diciple ! Il ne sert pas le Plan mais son propre Plan !"

 

Heureusement, une voix s'impose en moi, la voix de la Volonté, celle qui m'a fait venir au Col, attiré par notre Christ bien aimé et Maître Jésus. Je dois trancher. Ma voix qui n'a rien d'une petite voix mais plutôt d'un grondement intérieur pétrit dans la Volonté tranche la question : La Foi dans l'Amour de Christ, dans son intention et toute l'attention divine qu'Il porte à l'humanité qui souffre tant ! Telle est ma voie, telle est ma volonté !

Au même moment, je faisais un dessin dans lequel on voyait clairement ce Moi intérieur qui faisait tout pour faire place nette au nom de Christ. Avec un peu d'analyse, je dirais que c'est mon mental R1 ou bien l'âme R6 qui, grâce au mental R1 s'impose avec violence pour permettre à la monade R2 de s'exprimer : l'Amour et l'Emerveillement pour le Christ.

Dans ces moments, j'ai vraiment la nette impression que quelqu'un surgit en moi d'au dessus de ma tête et descend en trombe jusqu'en moi et qu'au passage il s'accapare mon principe d'identité et se fait Moi. Seul lui est porteur de Volonté, seul lui a pu écrire ma profession de Foi, qui est sa profession de Foi, ce qui explique que je ne voulais pas la signer du nom usuel de Fanch. Compliqué ? Non ! C'est la voix de la Foi en Christ voilà tout !!

C'est là que la signification de l'héxagramme 18 m'apparait clairement. Ce qui est corrompu, ce qui stagne sont mes conceptions mentales, mes doutes, en fait mon habitude de toujours vouloir détailler et trier ce qui me semble juste et injuste. Ma personnalité R4, non appuyée par la Foi du R6 de l'âme et l'Affirmation du R1 du mental passe son temps à trier, à peser ce qui est juste et injuste.

Ici on peut faire le lien avec la position médiane du R4 vis-à-vis des groupes de Rayons 1-2-3 et 5-6-7 comme me l'a fait remarqué Marc.

Pour s'en convaincre, je vous dévoile la question que j'avais posée lors du tirage : "Je dois servir par la Force de ma Volonté ou plutôt par la Joie et l'Amour ?"

Réponse : la maison et en feu !!

Christ le 23 avril dit : "Qu'il arrête de mentaliser et s'accorde avec Mes Energies, c'est tout ce qu'il a à faire".

 

Arjuna, perdu, en proie au doute que seul Krishna peut dissoudre, si toutefois le disciple (Arjuna) veut bien se remettre à Lui. Les deux armées, de part et d'autres illustrent le doute.

Pour moi, Krishna représente ici la voix de Christ.

Interprétation toute personnelle, bien entendu.

 

 

 

 

 

 

Je vous avais promis de reparler de l'Adombrement, Christ qui prouve tout Son Amour Infini à celui ou celle qui enfin dépose ses petites armes insignifiantes :

 

L'Adombrement : C'est l'intention vivante de Christ de nous faire connaître tout Son Amour.

C'est moi, émerveillé, illuminé devant Sylvie par qui Christ se fait connaître. C'est moi dans le coeur de Christ et Lui dans le mien. Unité radieuse !

C'est la Joie infinie et la plénitude d'enfin retrouver son Maître bien-aimé après avoir traversé de part en part l'océan du doute des années durant.

Enfin, c'est la Présence de Christ que je ramène en mon coeur et que je veux faire connaître à tous ! Le témoignage de Dieu à travers le bonheur et la joie de ses disciples !

-Joie ! Force ! Et Enthousiasme ! -

 

Les jours qui suivent, Sylvie me met face à mes faiblesses, me provoque dûment et met le doigt sur celles-ci. Entraînement à Servir. J'écoute très attentivement les injonctions du Maître envers le disciple débutant. Mon plus gros problème : le rythme. Absolument rien d'insurmontable, non, mais ceci dit elle pointe directement là où ça fait mal, et identifie avec une précision qui me surprend des blocages psycologiques que j'ai "à peine" commencer à discerner depuis un an, au bout de ma 30ème année... Loué soit notre Maître Sylvie !

Après le Y-King, c'est Sylvie qui me fait comprendre que "la maison est en feu !"

 

Exemple : je lui lis un petit texte que j'avais écrit dans lequel je parle du déséspoir de l'humanité et de la direction à prendre... Stop ! Trop compliqué ! Elle m'arrête tout de suite, d'abord on évite de rapeler au gens à quel point ils sont dans la boue nauséabonde, et ensuite, c'est trop long ! En une phrase, pas deux pas trois, je dois avoir fait preuve d'espoir et de Foi ! Les interlocuteurs doivent être interpellé, ils n'ont pas le temps d'écouter des sermonts !

 

 

"Zachée ! Descend vite de ton arbre ! Il faut que j'aille chez toi !"

 

C'est l'interpellation de Jésus faite à Zachée qui me revient alors en tête.

 

La Joie et l'Enthousiasme à Servir Christ est notre moteur. Enthousiasme ! Ce mot recèle une idée de dynamisme, de mouvement, l'élan du coeur. C'est exactement ce qui me fait défaut et que je dois m'approprier. C'est la force qui brise mon introversion contemplative et mon inertie physique.

 

Le jeudi arrive. Dernière méditation non loin de la maison au soleil. Préparation pour mon départ. On se quitte, Sylvie Marc et moi à 11h45. Embrassade chaleureuse avec Sylvie et hop ! Tous en voiture ! Pas besoin d'être solennel, on ne se quitte que physiquement.

 

Marc me descend à Thonon.

 

Comme vous le savez, j'habite Brest. J'avais réservé l'avion au départ de Lyon pour Brest et je devais descendre du TGV à Lyon. Hélas tout ne s'est pas passé comme prévu... J'ai "réussi" à rater mon arrêt. Je dis bien "j'ai" car la SCNF n'est pas à remettre en cause, le TGV s'est arrêté trois minutes environ, largement suffisant pour quelqu'un d'alerte et qui sait où il va. Mais moi, mon défaut, ma carapace de tortue à repris le dessus : lenteur dans l'executif, persuadé que le train "se devait" de bien marquer un arrêt important, conjonction d'une grande gare et d'un aéroport international...

 

Ici mon erreur est claire : se reposer sur le mental qui me fait croire tout ce qu'il veut, aéroport ceci... gare importante comme celà... alors que j'aurai dû être poussé par ma seule Foi et mon enthousiasme à vivre la vie joyeuse.

 

Face à cette difficulté, plusieurs pensées : d'abord "j'y crois pas c'est l'arnaque" émotion fort négative durant quelques minutes. Ensuite, devant le fait accompli : "surtout tout faire pour s'apaiser et renouer le lien avec Christ et trouver la solution la meilleure". Enfermé dans un tube d'acier roulant à 300 km heure, la solution est simple : trouver une place et faire le mort. Je profite de ce temps pour penser à Christ, renouer ce faisceau d'amour au dessus de l'horizon à chaque fois que j'arrive à dominer mon mental.

 

Finalement j'échoue à Paris, je loue une chambre à 23h00 après une heure de recherches dans tout Montparnasse. Je dois à ce moment faire l'effort de garder mon lien aussi pur que possible au-dessus de la foule. Cette fois-ci j'ai eu l'idée (au bout d'une heure quand même...) de faire appel aux Anges pour me venir en aide comme me le dit fréquement Sylvie. Ceci fait, je marche encore un peu. Je regarde autour de moi. Une enseigne de bistrot : "le plan B". Je la suis. Je continu encore un peu plus loin. Là l'hotel pas cher (50€) que je cherchais en vain depuis un bon moment se présente devant moi quelques minutes après avoir demandé de l'aide. Joie immense et soulagemment de mes jambes !

Aussitôt dans ma chambre, j'appèle Sylvie qui ne manque pas de me rapeller que je me suis "affaissé" sur moi-même... tout en rigolant du reste. Elle m'invite également à appeler à moi l'énergie bleue électrique pour me vitaliser, à m'en"gaver" même, moi qui ai un corps physique plus sensible que la moyenne à la fatigue... mais ça c'est une autre hitoire.

Celà m'a servi de leçon et le landemain, debout en pleine forme à 6h30 grâce notamment à l'énergie bleue dont Sylvie m'a parlé la veille. Le train pour Brest ? A 9h08.

C'est là que j'ai vraiment compris que l'Epée de Michel est fine, légère comme une plume et agréable à porter quand on est dans la Joie et l'intrépidité. Jusque là elle était plutôt emprunte de sévérité et de puissance guerrière à mes yeux.

 

Dans le train qui m'amène vers Brest, mon souci est d'arriver autant que possible à m'unir à Christ, soit en me voyant méditer sur le Billat ou par la simple dévotion. Je me sens comme sans attaches découvrant une vie nouvelle avec son lot d'interrogations sur mon futur, mais il ne faut pas s'en faire, confiance dans l'infini des possibilités à venir, dans la Hiérarchie et Maître Jésus. La Joie de l'instant est le garde-fou. Pendant tout ce retour, je me sens subtilement lié à Maître Jésus. Il est l'exemple même de la Foi et de l'intrépidité. Autant de vertues à consolider sans cesse chez moi.

 

 

Photo du pont reliant Plougastel à Brest et enjambant l'élorn : mon pays natal.

 

 

 

 

 

 

 

Depuis, le rythme nouveau est : méditation trois fois par jour dans le coeur de Christ, et la Joie à cultiver, toujours !

Confiance dans l'avenir dessiné par les Maîtres, et travail continu pour exprimer ma Joie par écrit ou au contact de mes proches.

Je garde un oeil attentif sur les évènements mondiaux : crise en ukraine et boulversement climatiques surtout.

 

Je ne me lève plus et ne sort plus de chez moi sans l'Epée de Michel et sans remercier les Anges.

 

Loués soient-ils pour leur travail d'amour !

 

Joie d'être en Unité dans la Lumière avec tout le G6 !

 

Aussi, merci et Gratitude à Sylvie et Marc pour leur accueil très chaleureux et la volonté de m'instruire dont ils ont fait preuve !

 

Fanch GARCIA