Le travail de JJa à Madagascar racnté par lui-même : la lutte contre la corruption comme priorité.

Carnet de Voyage 11.08.2015

 

Carnet de voyage pour les trois dernières missions :

En général le monde rural de Madagascar est très vaste. Chaque zone a sa spécificité et sa culture sociale.

En réalité les Paysans sont tous des Croyants et fervents Chrétiens et  le respect de la vie divine (ZANAHARY) le nom de Dieu des ancêtres sont ancrés dans leur culture.

Le mode de vie simple des paysans Malagasy est un signe fort pour leur croyance depuis des années.

La plupart des paysans n’utilisent jamais des engrais chimiques, ils n’ont utilisé que du fumier et cendre ou compost.

Les paysans dans les zones péri-urbaine et en ville utilisent des fertilisants chimiques.

  • Le fait marquant des paysans est la solidarité et l’unité (culture sociale)
  • L’entraide est une culture préservée des paysans
  • L’éducation des enfants (les éducations sont prioritaires pour les paysans)
  • La lutte avec l’envahissement de culture citadine qui empoisonne les jeunes paysans actuellement.
  • Le programme de projet de développement qui n’est pas bon pour les paysans (assistanat et aide pour devenir dépendant d’eux)

Ma mission à Ambatondrazaka la semaine dernière :

Nous faisons des enquêtes et de prospections de terrain pour le programme énergie renouvelable avec des stagiaires.

Nous travaillons dans 6 communes de la Région Alaotra Mangoro ;

Les autorités locales sont tous des gens dynamique et ouverts à tout.

Ils manifestent leur volonté de développéer le monde rural avec le gvt et les institutions publiques et privées.

Les paysans sont tous en difficultés permanentes parce que la situation politique et sécuritaire est une condition de stabilité pour eux.

Les paysans travaillent bien et font leur maximum.

Les autorités locales viennent en aident selon leurs petits moyens du bord (budget local – réveil de l’entraide – cotisation locale) ; la subvention d’État n’existe pas depuis 3 ans  , si elle existe c’est très peu ( juste le salaire de personnel ou besoin administratif).

LE POINT FORT DU MONDE RURAL AVEC LEUR RESPONSABLE LOCAL EST L’UNITE et L’OBEISSANCE AU GVT.

La terre Malagasy est riche, très riche (faune, flore, or, pierre précieuse, espèce endémique).

Donc cette richesse est très convoitée par la Mafia locale et internationale ; cette situation est la cause de problème politique à Madagascar.

Le politicien – les opérateurs économiques locaux et étrangers – des différents gvts étrangers qui font des actes de vols et pillages des ressources du Pays.

La lutte est très grave maintenant avec la présence de volonté des paysans qui soutiennent les actes engagés   par leurs autorités en place.

Il y a beaucoup d’injustice et des trafics d’influence qui sont des actes pour faire pression sur les paysans et autorités locales, mais ils résistent.

En ce moment, il y a des actes de banditisme, de corruption, d’intimidation fait par la mafia et les hauts responsables d’état complices et la force de l’ordre complice.

Ex : dans ce zone où je travaillais ; le Maire m’avait dit que il y a une carrière de pierre précieuse ouverte  au village depuis 15 jours, que le haut responsable d’état et force de l’ordre viennent de saccager et voler les paysans qui travaillent dans la localité avec leurs pierres précieuses.

Le Ministère des mines avec le complice étranger vient après avec des lettres officielles pour informer que les paysans qui vivent dans cette zone sont expulsés et la terre appartient aux exploitants miniers étrangers.

Des communes qui viennent d’expulser un exploitant chinois de pierre industriel (Girasol) avec l’unité des paysans et l’autorité locale ; la population demande la réparation des sols et le champ de rizière à la société.

La société amène de pièces administratives et fait de l’intimidation aux autorités locales mais les paysans soutiennent toujours leur Autorité.

C’est un un bon exemple pour le monde rural Malagasy et pour le gvt.

Il y aussi le non-respect de la nature  fait par les exploitants forestiers et la population qui vit dans la zone humide.

Beaucoup de déforestation et vol de bois précieux avec des complices (haut responsable ministère environnement – force de l’ordre – population locale, travailleur pour le bois de chauffe, charbon) ; les autorités locales n’ont pas le droit d’arrêter parce que le papier administratif est en règle, or la zone humide est une aire protégée.

Notre intervention :

En tant que citoyen Malagasy, je parle toujours de l’Unité et l’entraide aux gens.

Je répète aussi que la prise de responsabilité de la population locale sur la lutte contre la corruption et l’abus de pouvoir fait par des hauts responsables est nécessaire pour nous.

L’unité et union du peuple et les autorités locales, qui représentent l’État, est un acte d’Unité pour le pays.

Je parle de l’agriculture biologique (mail du 04 aout 2015).

Je parle de Fihavanana Malagasy aux paysans qui s’unissent par la culture et la croyance Chrétienne ;

LA LUTTE POUR LE RENOUVEAU COMMENCE DANS LE MONDE RURAL MAINTENANT.

JJA, Ambohimanambola 11.08.2015


En savoir plus : https://www.clefsdufutur-france-afrique.fr/news/carnet-de-voyage-11-08-2015/